Marie Charles - Thérapeute
 
 
1er avril 2020
 
Evitement ou agressivité ? 
 
Situation inédite que celle où un virus nous contraint à éviter le contact, à rester chez soi en solitude ou en hyper contact ! Ambivalences et polarités, doubles discours et doubles contraintes … la période est prolixe sur ces sujets-là. Et, avec l’aide de tous ceux qui, avec courage, abnégation, ténacité, nous le permettent, nous allons continuer à appliquer ces consignes au mieux car notre vie en dépend.

Situation pesante, frustrante, anxiogène... et ce n’est pas fini. Perdre sa liberté – quelle que soit notre façon de la vivre – sentir le manque de nos proches ou l’intensité de notre vide social, être débordés sans espace d’intimité, avoir le désir de transgresser, ne savoir que faire des agacements pouvant aller jusqu’à la violence parfois.
Belle occasion imposée pour regarder nos parts d’ombre !

Situation à vivre et qui sera pour certains traumatique.
 
-> Dans notre réalité, avec nos peurs pour l’avenir, nos incapacités à penser, se projeter, agir, qui nous font tourner en rond et monter en puissance sur les colères ou la détresse. Ces moments où, pour « tenir », il ne faut pas trop anticiper, et où pour chacun la vision de ce qui va advenir exige que nous anticipions justement. Mais là encore l’impuissance nous assaille puisque nous ne savons pas … ni quand, ni comment, ni ce qui sera possible.

-> Et puis dans notre psychisme, où ce stress traumatique – qui sera pour la plupart  un post-trauma - génère des crises d’angoisse, des anxiétés excessives, des confusions, des sensations de flottements et des passages à l’acte. Sur soi, pour que cette peur s’arrête, sur les autres en « règlements de compte » sans sens, juste nécessaires pour évacuer ces émotions envahissantes et déstructurantes.

Loin de moi l’idée de vouloir excuser ces comportements, qu’ils soient dans le repli excessif qui mène à la coupure, ou dans la colère, verbale ou mise en actes. En fait, nous sommes alors dans des polarités aux conséquences identiques : la projection des mots ou des gestes est tout aussi violente que le silence et la coupure. L’autre est alors contraint une seconde fois, impuissant, soumis, jugé et seul. 

Je tiens juste à les nommer, les expliciter car ils sont le fruit de notre souffrance intérieure. Je crois que les mettre à notre conscience, savoir mieux,  permet parfois de gérer et de contenir, de choisir comment mettre du sens à nos actes, de constater ce qu’ils pourraient être et trouver alors une autre forme à ce que nous avons à dire, à revendiquer, à reprocher, avec du respect dans les mots, les gestes, qui permettent alors la reconnaissance de la douleur des deux parties, et l’excès dont l’autre subit la lourde peine.

Et puis, il y a notre humanité en marche aussi, avec des très jolis actes créatifs qui relient, soulagent, aident. Nous avons à faire acte de solidarité, de bienveillance active, afin que tous nous puissions nous retrouver, de l’autre côté et célébrer notre Vie retrouvée, peut-être plus attentifs et soucieux de nous :  Êtres humains fragiles au Monde.

Marie CHARLES
06 80 92 88 30
 
 
COVID-19 : des psychopraticiens bénévoles vous écoutent
 
 

La Fédération Française de Psychothérapie et de Psychanalyse (FF2P) & Psy en Mouvement vous propose une liste de psychopraticiens bénévoles, disponibles pour vous.

 
 
En application de l’état d’urgence sanitaire, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d'être munis d'une attestation pour :
 
  • Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail ou déplacements professionnels ne pouvant être différés.
  • Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité[1] dans des établissements dont les activités demeurent autorisées.
  • Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés ; soin des patients atteints d'une affection de longue durée.
  • Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants.
  • Déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.
  • Convocation judiciaire ou administrative.
  • Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative
 

=> Téléchargez l'attestation de déplacement dérogatoire (PDF)

 
 
Gestes Barrière à ne pas oublier : 
  • Se laver les mains régulièrement ;
  • Utiliser un mouchoir à usage unique ;
  • Tousser ou éternuer dans son coude ;
  • Porter un masque jetable quand on est malade.
 
 
Cet e-mail a été envoyé à anges.lareine@gmail.com
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit sur Marie Charles - Thérapeute.
 
 
SendinBlue
 
 
© 2020 Marie Charles - Thérapeute